Santa-Maria d’Eunate (Navarre)

calpurnio-sticker-3

En Navarre, à 20 km au sud-ouest de Pamplona se trouve la charmante petite ville-étape de Puente la Reina. Surtout connue pour son superbe pont médiéval, elle est également à la croisée de 2 chemins de Compostelle: le camino francès, et le moins couru camino aragonès venant de l’est.

Une chapelle isolée

A 3 km en amont du point de jonction, les marcheurs du camino aragonès auront eu l’immense avantage de découvrir un petit bijou d’art roman, la chapelle Santa-Maria d’Eunate.

Cette église romane de la fin du XIIème siècle n’est pas dans un village, mais isolée dans la campagne.

Elle offre une curieuse mais charmante forme octogonale, et s’est entourée d’un minuscule cloître.

Son abside, dont les modillons représentent des visages humains, est pentagonale à l’extérieur et semi-circulaire à l’intérieur.

Une géométrie énigmatique

La construction, sur plan octogonal, à l’image du Saint Sépulcre de Jérusalem, est entourée d’une belle galerie à 33 arcades, aux chapiteaux décorés. L’harmonie dégagée par le plan octogonal est brisée par l’abside pentagonale, et par une petite tour carrée adossée du côté de l’épître.

Video publicado con permiso de Rodrigo Fernández

Un intérieur inquiétant

calpurnio-sticker-2

Il faut parcourir tranquillement la galerie avant de pénétrer dans l’église, très simple, avec quelques éléments d’influence musulmane.

Laisser les yeux s’habituer à la faible lumière baignant l’église et capter sa spiritualité ambiante. Les murs en pierre de taille présentent deux niveaux, avec deux colonnes superposées à chaque angle.

Une origine mystérieuse

Depuis la fin du XIXème siècle, différentes théories ont expliqué l’origine et la fonction d’Eunate. En raison de son plan octogonal, on a pensé qu’il s’agissait d’une église templière, en lien avec le Saint-Sépulcre de Torres del Rio, un peu plus loin sur le chemin de Compostelle, ou d’autres églises à plan centré, comme le couvent templier de Tomar au Portugal, l’église du Temple à Londres ou le Saint-Sépulcre de Pise. Cette origine templière supposée et l’isolement du site ont nourri bien d’explications ésotériques – parfois farfelues -, et entretiennent assurément l’aura de mystère qui entoure l’église.

unnamed (2)

Car la présence de chevaliers templiers dans cette partie de la Navarre n’est pas très documentée, au contraire de celle de l’autre grand ordre militaire, les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, les hospitaliers qui tenaient des accueils pour les pèlerins de Saint-Jacques, les commerçants et les voyageurs.

La découverte de tombes entre les colonnes du cloître, et d’une sépulture au pied du portail, dans lesquelles des coquilles Saint-Jacques furent trouvées, suggère que l’église fut lieu d’enterrement de pèlerins.

pere-joan-sticker-1

Comme bien d’autres, j’ignorais la présence de cette chapelle si près de Puente la Reina. Une albergue se trouve pourtant à quelques mètres de celle-ci : la Casa del Ermitano de Eunate (en donativo) hélas fermée depuis novembre 2012. Bien dommage !

En tout cas, ce lieu solitaire et l’architecture mystérieuse de cette chapelle inspirent bien des photographes.

(article partiellement sourcé sur Wikipedia et sur le site Turismo de Navarra)

Fermer le menu